Et l’après Adjavon ???

vendredi 4 novembre 2016 par Arimi Choubadé

La tempête finira pas s’estomper. Quel que soit le cas de figure. Soit au bout de la garde à vue de 8 jours ; soit après un procès plus ou moins équitable ; soit par l’un de ces compromis politico-judiciaires dont la vie publique bénino-dahoméenne a le brevet. Il est donc exclu que parquet et défense continuent à s’envoyer des boules puantes par médias interposés ; que des médiateurs occultes s’éternisent à faire prospérer leurs agendas cachés ; que des désœuvrés de tous les bords perdurent dans la manipulation. Elle est inévitable cette après-crise, et pourrait survenir de matière aussi impromptue que la turbulence elle-même. Tout d’un coup ! A la manière de ce vendredi 28 octobre 2016 où les Béninois découvrirent sur les petits écrans le film d’horreur d’un capitaine de gendarmerie qui parlait de la terrible trouvaille de 18 kg de « cocaïne pure d’une valeur estimée à 9 milliards de Fcfa » dans un conteneur au port de Cotonou. De cette même manière un autre officier des forces de sécurité publique pourrait venir révéler que cette affaire relève du passé et que tout est rentré dans l’ordre.

Les différents protagonistes de cette affaire ne devraient donc pas attendre l’épilogue ultime avant de se convaincre qu’il y a une vie avant, pendant et après. Les autres défis du pays ne disparaitraient pas parce qu’on aurait identifié le ou les coupables du trafic ou fait toute la lumière sur la cocaïne retrouvée. Les attroupements autour de la compagnie de gendarmerie de Cotonou n’ont pas arrêté les agents de santé en grève dans les hôpitaux publics. Aucune trêve n’est intervenue dans le calvaire quotidien des usagers du tronçon Savalou-Djougou ; le trafic d’hydrocarbures en provenance du Nigeria prospère plus que jamais ; la seule brasserie nationale broie toujours du noir avec l’invasion tous azimuts des boissons fabriquées chez le grand voisin. Bref la problématique des conséquences de la dévaluation du Naïra sur l’économie nationale reste intacte.

Nul doute que le Bénin joue gros dans le déroulement de cette affaire de drogue. Le monde entier attend de voir si effectivement un candidat arrivé 3ème lors d’une présidentielle puis faiseur de roi incontournable dans une République pouvait se faire cueillir aussi naïvement comme un vulgaire narcotrafiquant. Le Bénin y joue la crédibilité de sa justice et de ses institutions. La destination port de Cotonou pourrait pâtir de la gestion faite de ce conteneur de la honte. Mais tout cela n’absout pas la misère ambiante, le déficit en énergie électrique, la pénurie d’eau potable dans les hameaux, l’absence de médicaments essentiels dans plusieurs localités ou le chômage massif des jeunes, encore moins les échecs scolaires récurrents. Le défi du développement n’aurait rien gagné dans la guéguerre autour de « Ajavon innocent ou Ajavon coupable ».

Chez les politiques, les prises de positions n’étonnent guère. Ils ont l’art des revirements et des changements de veste à chaque événement. Ce qui n’est pas souvent le cas au niveau du petit peuple où les gens ne savent pas souvent doser les engagements et les postures. Or il se fait que le roi du poulet a cessé de s’identifier au petit peuple et fait désormais parti du gotha politique. Le grand Satan désigné aujourd’hui comme étant le bourreau du magna peut devenir demain son meilleur allié. Tout dépend de sa capacité à s’adapter aux situations les plus étriquées et les plus alambiquées. Tant pis pour ceux qui auraient atteint des points de non retour dans leur soutien aveugle à tel ou tel autre camp sur le moment. Oubliant que les tâches de construction de la nation sont toujours en instance et qu’il va falloir s’y atteler malgré les divergences et les antagonismes. Quid des grandes réformes annoncées.

Les événements passent, mais le Bénin ne passera pas !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/1576-et-l-apres-adjavon.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?