Négocier ?

mercredi 19 mars 2008 par Arimi Choubadé

La ruse de palais s’est découvert une nouvelle astuce : un forum. Enseignants et agents de santé en savent quelque chose. Quand l’envie lui prend, au docteur-président, de feindre de tendre la main. Dans le cas d’espèce, concernant le dialogue politique tout le monde aura remarqué la rouerie des gens du changement depuis la déclaration du 12 mars 2008. Officiellement la bride se lâche pour les faucons qui collectionnent les noms d’oiseau dans les médias à l’encontre des dirigeants des partis politiques. Insidieusement, la propagande agite l’idée d’un forum politique.

En attendant que le porte-parole du gouvernement dévoile le profil de ceux avec qui le grand chef souhaite parlementer. La vieille classe politique ou les souteneurs de la pègre locale ? Au pays fon et assimilé on dirait que les portraits d’ancêtres ont disparu de l’arène ; sinon nul n’oserait ériger l’âge en tare. Surtout venant d’un Alexandre Hountondji, député sous la première législature, un des inventeurs du gouverner autrement en 1996, transfuge récidiviste, soutien inconditionnel du régime Kékéréké durant toute la décennie précédant l’avènement du changement. Lui qui a vécu de près les escapades de la pègre transfrontalière à travers les frasques du présumé receleur international Hamani Tidjani.

De nombreux diplomates en poste à Cotonou ont eu l’occasion de tester la volonté de Yayi Boni de parler avec ses concitoyens du moins les institutions sociopolitiques légalement constituées. Au motif d’être en communion avec le « peuple ». Or jusque là, malgré les déploiements de fastes, aucun des meeting du changement n’a mobilisé 7 millions de Béninois. De plus le pays ne dispose pas d’une constitution foraine ou non écrite. Son peuple est matérialisé – hors consultation électorale – par l’Assemblée nationale et non la rue des marcheurs et des applaudisseurs de meetings. Les ballets du Français Hervé Besanscenot et son ami Allemand Albrech Conze auraient été couronnés de succès que le 12 mars 2008 n’aurait jamais existé dans les annales politiques béninoises.

Reste à dégoter au sein de la classe politique des gens confiants en un éventuel face-à-face avec Yayi. A moins que ce dernier n’entreprenne de donner de nouveaux gages de sa bonne prédisposition. Il suffit de rechercher toutes ses signatures apposées sur des accords politiques avec des partenaires floués au bout de quelques jours et commencer par les remettre au goût du jour. Un exercice périlleux lorsqu’on sait que plusieurs interlocuteurs auraient obtenu les mêmes promesses liées à un même avantage.

En sus, la mise en exécution des lois sur le financement des partis et du statut de l’opposition, l’arrêt de l’interventionnisme des religieux dans la gestion des affaires de la République, la normalisation des décaissements fantaisistes des fonds de l’escorte de véhicules d’occasion, le respect des libertés syndicales, etc… peuvent se faire sans attendre un forum. Et pourquoi devrait-on aller à un forum juste parce que l’embryon d’une opposition s’ébauche enfin après deux années de règne absolu de la pensée unique et du culte de la personnalité ?

L’univers politique béninois n’est certainement pas à une compromission près. Libre à qui veut croire au père noël constamment en communion avec son peuple à bord de ses hélicoptères.

Mais malheur à qui se fera berner de nouveau !

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/221-negocier.html