Les véhicules d’occasion et la mauvaise personne

lundi 2 février 2009 par Arimi Choubadé

Le pauvre Soulémana appelé à un exercice de cascadeur au sujet de la gestion des fonds de l’escorte. L’issue de sa prestation devant la représentation nationale le jeudi 29 janvier 2009 n’a été qu’une demi surprise. Telle que lancée, la machine de controverse et de confusion que constituait les explications de l’argentier national ne pouvait être sauvée que par un incident. D’où le recours au pugiliste parlementaire de renom investi de la noble mission de laver toute offense à l’honneur du régime du Changement par le poing. De sorte qu’on ne retienne finalement de l’exposé gouvernemental sur la gestion des véhicules d’occasion que la volonté de Débourou de cogner sur du Gbadamassi.

Qu’en sait-il réellement de l’escorte des véhicules d’occasion ce Soulémana ? Une activité douanière dit-on mais dont la traçabilité subi depuis avril 2006 un système de brouillage très ingénieux. De tous les acteurs de la chaîne, seuls le docteur-président et son beau-frère de la Bceao peuvent se vanter d’une certaine stabilité. Deux ministres des Finances, deux ministres de la micro-finance, 4 directeurs généraux de la douane, deux directeurs généraux du fonds national des micro-finances. Cette explosivité au niveau de la chaîne se ressent également à Padme, au Papme, au Crcam et tous les intervenants dans le domaine des micro-finances.
Par l’entremise d’une déstructuration sans précédent de la procédure budgétaire, on en est à un parallèle presque obligatoire entre les microfinances et les véhicules d’occasion. En violation flagrante des principes de l’unicité de caisse, et de non affectation des recettes. Parce que le gouvernement a décidé de donner de petits crédits (30.000 Cfa) aux présumés plus pauvres à partir des recettes de l’escorte de véhicule d’occasion sans que les fonds en question ne transitent par le trésor public et ne fassent l’objet d’une procédure budgétaire sous contrôle du parlement comme prévu par la constitution, les lois et les règlements de la République. Or justement, l’écheveau de l’escorte ne saurait connaître un dénouement correct sans le passage au scander de l’orientation de la microfinance selon les émergents.

On revient immanquablement à cette fameuse explosivité des cadres intervenants dans la chaîne c’est-à-dire depuis les recettes au guichet de la douane jusqu’à l’octroi des fameux micro-crédits aux plus pauvres. Aucun des directeurs généraux de la douane utilisés par le gouvernement Yayi n’est en mesure de donner une vue exacte sur cette activité sur un période de 8 mois au moins. C’est un secret de polichinelle que le ministre des Finance n’exerce qu’une tutelle de façade sur les services de la douane. Il n’y a que le directeur de la Bceao-Bénin qui puisse retracer avec précision tous les fonds qui ont transité par le désormais célèbre compte domicilié dans son institution et qui aurait permis de distribuer 30.000 Cfa à des milliers de Béninoises et de Béninois. Comme par hasard, il a fallu son admission à la retraite (le gars de la Bceao-Bénin), pour que le docteur Yayi Boni consente enfin à budgétiser les fonds de véhicules d’escorte. Le beau-frère parti, le compte parallèle n’offre certainement plus des garanties de discrétion et de sécurité.

Comment ne pas voir dans cette exposition de Soulémana un autre pan de l’attelage médiatique qui se met progressivement en place et qui voudrais présenter l’argentier national comme un traître à la cause de Yayi au motif qu’il nourrirait des prétentions présidentielles pour 2011 ? Il pourrait du coup se faire emporter par un éventuel naufrage à travers la gestion du dossier des véhicules d’occasion devant les députés. Surtout si cela devrait tourner à une fronde parlementaire. Il parait que le parcours du beauf ne devait pas s’arrêter à un obscur conseiller du chef de l’Etat et qu’il serait appelé à « monter en haut » dans le commandement.

Dans ce cas qu’il vienne nous parler de son récent passé de gardien de compte spécial Bceao…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/435-les-vehicules-d-occasion-et-la.html