La quadrature de la clarification

jeudi 5 février 2009 par Arimi Choubadé

On n’en finit pas de s’expliquer à la Renaissance du Bénin. S’expliquer après le vote du budget ; s’expliquer après l’ajournement de la loi organique portant sur la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication ; s’expliquer encore après le communiqué de presse de la présidente Rosine Vieyra du 23 janvier 2009 ; s’expliquer toujours après le rush de l’honorable Epiphane Quenum ; s’expliquer encore et encore après les mises au point quasi simultanées du maire de Cotonou et de son premier adjoint ; s’expliquer ; s’expliquer ; s’expliquer. Une exigence de la clarification teintée d’un voyeurisme débridé. A peine si on ne demandait pas à la direction de la Rb de procéder à une retransmission en direct des empoignades entre pro et anti gouvernementaux au cours des conclaves internes.

Le communiqué du 23 janvier étale à profusion l’anti-yayisme résolu de la grande majorité des membres du bureau politique Houézèhouè. Quelques-uns estiment néanmoins qu’il faut ruser avec le rusé. En appellent-ils à une « wadisation » de la stratégie. Entrer au gouvernement à deux ans de la fin de mandat et en sortir à quelques mois de la fin. Le temps de se « refaire une santé financière ». Tout un programme politique. Conscients qu’ils sont de pouvoir profiter à fond de l’émotivité à fleur de peau au palais de la Marina. Un détail cependant : ils semblent ne pas prendre en compte le marquage à la culotte que les rusés de la Marina exercent sur tous les ministres allogènes ou considérés comme tel. On entre et on ressort du cabinet ministériel avec le même sac à main. Rien de moins, rien de plus. Du planton jusqu’au directeur de cabinet en passant par les directeurs financiers et autres membres du cabinet sont fournis par le brain-trust du Changement sise à la Marina. Gare à vous si vous emporter une seule aiguille et qu’il vous prend de faire le guignol après éjection. Ce n’est pas pour rien qu’une fois virée, la majorité des anciens ministres préfèrent forcer une nomination de compensation plutôt que d’adopter une posture de dissidents rebelles.

Revenons à l’exigence de la clarification pour voyeurs friands de luttes intestines. Les gens souhaitent voir Léhady en gants de boxe face à Galiou. Où une prise de judo de Epiphane Quenum sur le jeune Christian Sossouhounto. Les médias se délectent de voir ce que Nicéphore Soglo penserait d’un vote suspect de Chodaton à l’Assemblée nationale. Comme si les rapports de force au sein d’un parti politique se gèrent sur un plateau de télévision. La direction d’un grand parti suppose des responsabilités. Rien à voir avec un tireur isolé comme Saka Fikara qui peut insulter qui il veut, faire les coups de poing avec le collègue de son choix, invectiver une institution qu’il trouve trop partisane à son goût sans avoir à s’expliquer ; s’expliquer et s’expliquer. N’allez surtout pas demander à un Béninois non originaire de la vallée de l’Ouémé s’il connaît la dénomination du parti de Fikara ou son porte-parole ou son logo. Personne ne lui a exigé autant d’explication lorsqu’il a donné procuration pour l’élection d’un bureau de l’Assemblée nationale dans lequel lui-même figure. Point de départ de l’imposture au perchoir qui coûte tant de malheurs à la démocratie béninoise.

Aucune explication ne peut valoir à Rosine Soglo de sacrifier ses proches collaborateurs sur l’autel de la fidélité à une coalition sans prendre le risque de désintégrer son groupe. Or une Rb en lambeau équivaut à un G4 affaibli et partant à un Abomey-Bohicon vidé de sa substance. Ceux qui se réclament de la coalition Abomey-Bohicon ne devraient pas se satisfaire du même spectacle que les gens de Fcbe, premiers spectateurs joyeux d’éventuelles rixes dévastatrices à la Rb.

Il vaut mieux éviter d’avoir les mêmes distractions que ses adversaires.

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/438-la-quadrature-de-la-clarification.html

Messages

  • Bonjour Arimi,

    Je te félicite d’abord pour le nouveau désign du site. Par rapport à ton article je suis entièremen d’accord avec ceux que tu dis. Cependant, il faut reconnaître que si les changeurs, ont fait du pays ce qu’ils en on fiat jusqu’à présent c’est parce que les politiciens n’ont jamais voulu clairement se démarquer de yayi. Alors si la RB n’entretient pas encore le flou, il serait bien quand même qu’à défaut d’explication qu’on dise quelque chose pas de la même teneur que la déclaration d’Epiphane Quenum mais qui rassure les gens comme moi.
    Car je crois sincèrement et foncièrement que la RB n’a pas son avenir avec Yayi. Pour cela je soutiens entièrement Lehady qui a compris que l’essentiel aujourd’hui c’est d’avoir foi en l’avenir. Foi en l’alternance en 2011. J’y crois entièrement. Tout autre choix de la RB serait qu’un echec qui va sonner le glas du parti.
    Merci pour tes éditoriaux bien léchés qui cassent l’ambiance générale du Yayiboniplusquedieumessieetpapabonheur.
    C’est un travail d’édification nationale que tu fais qui va nou conduire plus rapidement à l’émergence que celle que nos émergents d’aujourd’hui on choisi.
    J’espère que prochainement tu seras admis à l’ordre du mérite du Bénin.
    Au revoir.