Toutes les prévisions étaient fausses

mercredi 18 mars 2009 par Arimi Choubadé

Tout semble à refaire pour Yayi à deux ans de 2011. Son brain-trust de la Marina l’avait pourtant assuré d’atouts que l’on disait solides : le bloc du septentrion, l’émiettement du sud et les évangélistes. Triptyque en plein doute du fait d’une conjoncture politique rendue très instable du fait des propres incartades du régime. En effet, il ne reste plus grand-chose du bloc du septentrion depuis que la colonne Abdoulaye Bio Tchané y a fait une entrée tonitruante dans le département de la Donga à partir du Togo. Nul doute qu’une spectaculaire jonction se prépare entre le Djougou natal du président de la Boad, l’Alibori où règne en maître Issa Salifou, Parakou (Borgou) de Rachidi Gbadamassi et Tanguiéta (Atacora) de Dayori. On parle du ralliement d’une partie des Collines en attendant l’entrée en scène d’autres dissidents Fcbe encore sous l’emprise de la ruse de la Marina. Adieu donc le fameux bloc du nord.

Adieu également l’émiettement du sud depuis le 12 mars 2008. Léhady, Houngbédji, Amoussou et Idji ont donné naissance au G4 au palais des sports de Kouhounou à travers un concert d’allégorique de très grande portée politique voire historique. Lokossa-Abomey-Cotonou-Porto-novo-Kétou ; un axe inédit sous le Bénin du renouveau démocratique. Le séminaire d’Abomey-Bohicon l’a renforcé par de nouvelles destinations telles que Zogbodomey, Grand-Popo et la Vallée de l’Ouémé. Malgré d’éventuelles rivalités internes, les adversaires communs demeurent Yayi, sa cour d’adolescents politiques et sa gestion inspirée d’une indiscipline budgétaire exceptionnelle.

Mais la menace la plus insidieuse pour l’âme même du Changement c’est la fissure annoncée dans le lobby des évangélistes en marge de l’annonce de la candidature de Simon Pierre Adovèlandé. Avant le couronnement du Millénium challange account, le nom de l’homme a longtemps rimé avec le festival Gospels et racines, le devoir de retour de la diaspora noire américaine sur la terre des aïeules, militantismes évangélistes. L’agressivité des émergents vis-à-vis de Adovèlandé à la suite des rumeurs sur son éventuelle candidature à la magistrature suprême montre que sa posture d’homme d’église ne lui a pas beaucoup servi. Le manichéisme ambiant sévit aussi dans les rangs des évangélistes qui en comptent d’émergents (patriotes) et de non émergents.

Dire que Yayi était parti en 2006, son mythique triptyque bien en poche. Avec un bloc du nord consolidé à l’issue des législatives 2007 et municipales 2008 grâce à une politique de terreur et d’absolutisme à guichet fermé. L’isolement des localités ne permet pas au grand public de se rendre compte des entorses à l’expression libre et démocratique. Tout comme l’émiettement du sud qui était à portée de main du docteur-président au moment où le Prd était isolé et réduit au rôle du mouton noir. Et que Force Clé faisait cavalier seul. Et que les leaders de Wologuèdè espéraient obtenir ce qui leur avait été promis entre les deux tours de la présidentielle. L’exclusivité sur les évangélistes ne se disputait pas avec le régime au point où 13 députés dissidents en prélude à la naissance du G13 en ont fait leur chou gras dans leur mémorandum annonciateur.

Néanmoins, le phénomène des flux ne s’est pas déroulé en sens unique. Le régime a gagné un véritable bras armé à travers les « patriotes » prêts à agresser, insulter, provoquer et à s’humilier. Des rustres qui pensent qu’on peut se passer des urnes dans le Bénin d’après la conférence nationale. S’ils étaient des adultes politiques, ils comprendraient que les fonds escorte des véhicules d’occasion qui servent à les entretenir ne permettent pas au pays de se mettre en marge de la légalité internationale avec l’érection à la présidence de la République d’un pouvoir d’exception.

Ils ont tous pensé faux…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/467-toutes-les-previsions-etaient.html

Messages