Le mauvais vent…

vendredi 20 mars 2009 par Arimi Choubadé

Nicéphore Soglo effondré devant son bureau saccagé au siège de son parti la Renaissance du Bénin, en plein cœur de Cotonou dont il occupe l’hôtel de ville depuis 6 ans, le 19 mars 2009. Son soupir en dit long sur la gravité de l’acte : « …le pressentiment qu’un mauvais souffle sur l’Afrique et en particulier le Bénin… ». A l’instar de l’île de détention de Mandela, l’antre du premier président de la République de l’ère du renouveau démocratique au Bénin est plus qu’un sanctuaire. L’ingénieur des travaux publics érigé en ministre de l’Intérieur a promis retrouvé les auteurs de cet acte innommable. Soit !

On aurait compris que l’esprit de Nicéphore Soglo à la vue des abords de son bureau ensanglanté est allé très loin dans la réflexion. Le vent mauvais s’inspire des déviances défiant toutes les espérances contenues dans la reprise en cœur de l’hymne national en clôture aux assises des forces vives de la nation de février 1990 à l’hotel Plm-Alédjo. Les fins limiers de la police nationale s’occupent certainement de pister et de dénicher ceux qui ont décidé d’y aller avec une rare barbarie au siège de la Rb. Sous réserve de la conviction des responsables houézèhouès ; seuls les abris réservés au parti étaient visée contrairement à ceux affectés à l’association « Vidolé » situé dans le même immeuble.

Zinzindohoué, fait premier flic du Bénin aurait pu se donner moins de mal à se pencher sur le cas des agressions physiques sur des élus locaux d’Abomey-Calavi lors de l’installation du conseil municipal. A l’occasion, des conseillers municipaux ont nommément accusé des officiers de police judiciaire de la gendarmerie et de la police de voies de fait et violence. Des accusations vérifiables à peu de frais. Des témoins étaient ahuris en constatant l’interdiction d’accès à la salle de délibération de l’hôtel de ville sur instruction du préfet. Ces braves préfets promus gardien des intérêts de l’Etat-Fcbe dans certains départements. Celui des départements du Borgou et de l’Alibori ne s’est pas gêné pour envoyer des mises en gardes à l’honorable Rachidi Gbadamassi coupable d’attaques contre la gestion de Yayi. Son homologue de l’Atacora-Donga ne se lasse pas de lancer des fatwas interdisant des manifestations hostiles au gouvernement.

Le mauvais vent c’est aussi des conseillers municipaux séquestrés et enlevés à leurs familles respectives pour d’obscurs motifs de tractations, des jours durant. Le droit et la légalité ont beaucoup souffert lorsque des « manifestants braillards » empêchent des conseils municipaux d’être installés pendant plusieurs mois. L’autorité de l’Etat en a eu pour son grade lors des entraves à la circulation des biens et des personnes après la publication d’un rapport d’experts sur le découpage territorial. Et le gouvernement qui abdique face à une opération quasi insurrectionnelle. Si la voyoucratie n’avait pas infiltré les mœurs au sein de l’appareil d’Etat, les commanditaires de cette atteinte à l’autorité de la République auraient été châtiés à la mesure de leurs forfaits.

La malfaisance du vent mauvais s’observe au carré avec cette armée de jeunes volontairement anti-valeurs investis de la mission de dénigrer et de semer la haine et la confrontation sur toute l’étendue du territoire national. Eux sont les patriotes opposés aux « bâtards » de la République voués à l’exclusion. Enfin le vent est mauvais chaque fois que la Marina conduit des opérations de débauchage et de manipulation de militants dans le seul but de faire imploser une coalition dont les inquisitions mettent à nu les tares de la gouvernance approximative du régime du Changement.

Vivement un autre vent… un autre chauffeur pensent les « G » et « F ».

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/470-le-mauvais-vent.html

Messages

  • IL SERAIT TARD D’ATTENDRE 2011 POUR CHANGER DE CHAUFFEUR .IL FAUT PRECIPITER LES CHOSES CAR IL VAUT MIEUX AGIR A LA RCTIFICATION BURKINABE AFIN QU’UN SEUL SOIT RECTIFIE QUE DE VOIR DES MILLIONS DE BENINOIS EN EXIL PAR LA FAUTE D’UN REGIONALISTE ELU PAR ACCIDENT DE L’HISTOIRE .

    • Je suis d’accord avec toi mon frère. Que ceux qui l’on amener nous aide à le faire partir car ils ont déjà eu ce qu’il voulais : MEDIATEUR DE LA PRESIDENCE par-ci, HAUT COMMISSARIAT POUR LA BONNE GOUVERNANCE(Concertée ?) par là et j’en oublie. Pitié Aider-nous à changer de chauffeur. Vous êtes déjà rasssasiez non ????!!!! Que veulent t’ils encore ? Laisser le pays dans les mains de dictateur adolescent ? Pitié !!!!

  • IL FAUT UNE MOBILISATION DE TOUS LES PATROTES EPRIS DE PAIX , DE JUSTICE ET LES VRAIS DEMOCRATES POUR METTRE HORS D’ETAT DE NUIRE CE TIMONIER NATIONAL AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD ; IL FAUT PREPARER SON DEPART DES MAINTENANT ET LE FAIRE PARTIR DE FACON DEMOCRATIQUE EN 2011 ;NOUS N’AVONS PAS BESOIN D’UN DICTATATEUR, D’UN REGIONALISTE UN NAVIGATEUR A VUE SANS GOUVERNAIL. ASSEZ, MOBILISONS NOUS POUR CHASSER L’INTRUS QUI NE CNAISSAIT PAS LA MAISON, MÊME PAS LE VILLAGE. Il ne conait rien, il prend des décision sur un coup de tête et le lendemain revient la-dessus . Celui-là n’est pas un chef d’Etat, même pas pas un chef de village.Il faut le changer avant qu’il soit trop tard