S’en remettre à la providence…

vendredi 4 septembre 2009 par Arimi Choubadé

Chapelles, églises et autres assemblées de prières au secours ; Changement en péril ! Tellement les émergents ont prié pour que les accords de Haie Vive ne surviennent jamais que l’événement les a laissé complètement groggy. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tout tenté. On ne sait quel visionnaire à conseiller que les Soglo seraient le chaînon le plus vulnérable du groupe. Au finish, c’est dans l’antre même du patriarche de Houawé au quartier Haie Vive de Cotonou que s’est conclu le protocole d’union qui fait office d’acte de décès du Changement. En ces mêmes lieux où le docteur-président a vainement tenté de conjurer le sort en s’y rendant en pèlerinage à plusieurs reprises soit en porteur de cadeaux d’anniversaire soit en garde-malade transit très préoccupé de l’état de santé de la doyenne de l’Assemblée nationale. Peine perdue.

La réaction en échos à la signature du G4 et Force Clé ? L’Umpp. Je n’ose pas prendre les esbroufes de quelques marginaux réunis à Porto-novo comme une parade à Haie Vive. Mon confrère du Grand Journal a bien fait de juger la trouvaille Umpp trop pâle et tout a fait disproportionnée. Soglo, Houngbédji, Amoussou, Idji, Sèhouéto d’un côté à comparer à l’association Laourou-Azannaï-Azonhiho-Agbo de l’autre. Pour les amateurs de foot, c’est comme prendre une division d’honneur pour la première division. Mis à part cette gesticulation timorée, le reste du discours est un mélange de murmures, de délires et de diversions. La seule véritable initiative digne de ce nom est venue d’une rencontre fortuite entre Yayi et Kérékou en marge des festivités de la fête de prise de pouvoir de l’ami commun Mouammar Kadhafi à Tripoli. Les indiscrétions qui filtrent sont loin de constituer une assurance tous risques pour le grand prêtre du Changement.

Ce qu’on entend, par contre, très fortement c’est la prière à haute voix des émergents implorant un malheur à la cohésion de l’alliance. Un cataclysme inespéré capable de faire éclater le bloc d’en face. Ils essaient de se remémorer un destin dans lequel Léhady est candidat contre Houngbédji qui lui-même est aux prises avec Séhouéto ou Idji en 2011. À défaut d’y parvenir à l’aide des veillées dans les temples et les chapelles christiques, on peut envisager d’autres moyens moins visibles. Ne sommes-nous pas au pays du Vaudou ? Les subventions démagogiques accordées aux dignitaires des cultes traditionnels méritent bien un retour d’ascenseur. Pourquoi pas quelques incantations visant à susciter la multiplication des scènes de ménages au sein de l’alliance ? Le malheur des uns faisant le bonheur des autres.

Le yayisme avoue ainsi ne plus avoir son destin en main. Tout dépend finalement de l’évolution des accords de Haie Vive au point 6 du dispositif. Que le candidat unique ne voit jamais le jour ! L’aveu d’impuissance des gourous de la Marina. Ils paient ainsi au prix fort leur excès de suffisance et leur arrogance. Eux qui ont pensé que la multiplication des comptes en banque et des biens au soleil suffisaient à étaler le Bénin à leur pied comme dans ces Républiques bananières. Même l’appât du maroquin n’est plus aussi absolu qu’on le pense. Deux élus G13 ont démontré par leur refus de siéger au gouvernement que le strapontin n’absout pas automatique toutes les dérives autocratiques. Or malgré les signaux les plus forts des coalisés contre les menaces sur les acquis de la conférence nationale, le cap a été maintenu. Les procédures spéciales de décaissement des fonds du contribuable se multiplient : plus de 80 milliards d’ordre de paiement non justifiés. La violation de la loi sur la décentralisation ne connaît aucun répit. Les menaces sur les libertés fondamentales, l’évangélisation de l’appareil d’Etat rythment le quotidien de la Marina.

Comme si les Dieux n’existent que pour les prédateurs…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/566-s-en-remettre-a-la-providence.html