Le G13 « aime » Yayi

mercredi 21 octobre 2009 par Arimi Choubadé

Pas étonnant que la Marina ait installé une écoute du rythme respiratoire au G13. Un mot de Salé, un soupir de Ahossi, une humeur de Agoua, une moue de Bako ou une quinte de toux de Houdé. Chaque signe est soupesé, analysé, interprété avec minutie. Chez les anciens alliés de Yayi la ligne de conduite est loin d’être droite. À côté des oscillations existent cependant quelques certitudes, celle du positionnement de Saka Fikara en rupture de banc presque définitive avec la marre du Changement. L’embastillement de son camarade de parti, maire de Dangbo a fini de consacrer le divorce. Bien loin l’époque où le premier questeur de l’Assemblée nationale pouvait se payer une virée touristique au dessus de sa vallée de l’Ouémé natale à bord de l’hélicoptère présidentiel. En tout cas, tous les oracles du Changement se focalisent sur le devenir de ce groupe, fondateur de la dérive boulimique du régime. N’eut été ce conglomérat de 13 députés non Fcbe, Yayi n’aurait jamais pu noyauté le bureau de l’Assemblée nationale, clé de voûte de la caporalisation des autres institutions telles que la Cour constitutionnelle et la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication.

Des émergents ne pouvaient se priver de sabler le champagne après les piques croisées au sein du G13. Les accusations de paralysie depuis que le coordonnateur se voit pendre au nez une possibilité de maroquin au sein de la « dream team » de l’émergence. Pourtant, à y regarder de très près, on s’aperçoit que tout espoir de retrouver un G13 au grand complet arrimé à la Marina parait bien compliqué. On a déjà parlé de la certitude Fikara plus ancrée à l’Union fait la nation qu’ailleurs. Il existe également les demi certitudes se rapportant à Salé qui clame qu’il ne rejoindrait jamais le même camp que son frère ennemi, Rachidi Gbadamassi. Au change, il manquerait forcément quelqu’un à l’appel. Peut-être que les émergents les préfèrent remontés les uns contre les autres plutôt qu’unis au service de l’adversaire.

A un peu plus d’un an de 2011, certains G13 se comportent comme quelqu’un qui espère recouvrer les boyaux de son mouton volé. Un investissement dont-on ne veut renoncer tant qu’il existe une lueur d’en récupérer des dividendes. L’ossature de ce groupe politique n’est-elle pas incarnée par les plus mercantiles de l’hémicycle ? Des mois de choc frontal avec le pouvoir équivalent à une longue période de diète sans marchés publics, sans agréments pour les opérations de transit et de consignation de marchandises, sans dessous de table, sans passe-droits. Tout comme la Marina n’entend pas renoncer à ce réservoir de voix au sein d’un hémicycle très fluctuant. On ne sait jamais, la route vers les prochains scrutins passe par des lois électorales, des projets de budgets, des autorisations d’accord de prêt et d’autres textes à voter et qui pourraient façonner un bilan gouvernemental en quête de crédibilité. Chacune des écuries en présence espère tirer le maximum chez son vis-à-vis avant la grande explication finale des législatives et de la présidentielle de 2011.

En dehors de ces calculs de bas instincts, les liens organiquement vitaux entre le Changement et le G13 restent lilliputiens. Houdé et Ahossi n’ont pas boudé des portefeuilles ministériels gracieusement offerts juste pour rire. Ils savent à quoi s’en tenir avec le docteur-président. N’est-ce pas à lui que le Pdg du groupe Atb doit d’être qualifié de pilleur de l’économie nationale en conseil des ministres et d’être livré en pâture aux chasseurs de vertu du régime ? Le fait de servir de porte-parole à la cérémonie de prestation de serment des nouveaux députés ralliés à Fcbe en 2007 n’a pas empêché Dayori de frôlé la prison pour une sordide affaire de détournement de mineur. Tokou Dari qui a vu son épouse littéralement prise en otage par les gourous émergents ; Agoua dont les origines ont été mises en cause dans son Glazoué natal.

Une bien curieuse histoire d’amour entre Yayi et la bande à la Salé…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/599-le-g13-aime-yayi.html