Koukpaki devrait-il en rire ?

mardi 2 mars 2010 par Arimi Choubadé

Lui, la nouvelle coqueluche des « unionistes ». Un yayiste à défaut de Yayi lui-même en 2011. Koukpaki sur les tablettes de l’Union fait la Nation comme son probable candidat unique en 2011. Ceux qui flairent un coup tordu de barbouzes sur fond de guerre des chefs ne doivent pas être trop éloignés de la réalité. Connaissant l’explosivité des nerfs du docteur-président, les inventeurs de cette bouffonnerie espèrent faire tomber l’ire présidentielle sur cet intouchable du régime trop sûr de lui-même et que l’on dit indéboulonnable. Le ballon d’essai présente une double utilité : le N°2 du régime en alternative possible à son chef mais également en traître complotant avec l’ennemi. Connaissant l’explosivité des nerfs présidentiels on peut d’ores et déjà se délecter du rififi que pourrait occasionner cette mauvaise plaisanterie à la Marina. C ’est à ce jeu de prétentieux envieux du trône du chef que l’ancien argentier, Soulé Mana Lawani s’est fait définitivement grillé. Le pauvre, probablement grisé par une perspective présidentiable s’est subitement découvert des talents d’homme de masse : marches de soutien, meeting de remerciement, séances de prières, création de parti, sponsor de mouvement. Aucune recette du manuel du néo leader surdoué n’a été oubliée. A peine s’il s’apercevait des peaux de bananes jetées depuis la Marina sous ses pieds. Sa chute fut rondement menée avec la bénédiction du grand maître, satisfait d’avoir remis les pendules à l’heure. Jusque là, Koukpaki a su résister à toute sorte d’immersion envoûtante dans le populisme ambiant, se cantonnant à sa stature de technocrate jusqu’aux ongles. Peut-être que la sensation d’être subitement érigé en recours inespéré pour les Amoussou, Léhady, Houngbédji, Idji, Séhouéto et consorts exciterait son ego. Qui sait ?

Faire croire aux Béninois que les unionistes recherchent désespérément une solution de rechange renforce les conjectures au sujet de la lutte à mort que suspecte la manipulation émergente chaque matin à travers les colonnes des gazettes sous contrat. Tous les prétendants internes seraient donc hors jeu, juste une bande d’ambitieux, obsédés, avides du fauteuil présidentiel. Ce ne serait pas la première fois que les gars de Yayi se passionnent sur les turpides imaginaires au sein de l’Union fait la Nation. On ne compte plus les fantasmes autour de providentielles brouilles entre alliés d’en face depuis Add en 2006 jusqu’à la convention unioniste en 2010 en passant par la déclaration constitutive du G4 le 12 mars 2008, le séminaire d’Abomey-Bohicon en novembre de la même année et le protocole d’Union le 1er septembre 2009. L’attente vire progressivement à une paranoïa à l’image de la trouvaille sur Irénée Koukpaki pressenti à la candidature unique de UN.

Sous un autre angle, les unionistes peuvent se prévaloir d’une certaine ouverture d’esprit ; cette vieille classe politique que l’on dit aigrie et revancharde capable de s’effacer au profit d’un des chantres du système qui a pourtant juré sa perte. De la magnanimité. Un don de renoncement apanage des grands hommes. Le seul problème reste la justification idéologique de cette volte-face. Les auteurs de la manipulation Koukpaki, candidat unique de UN ont manqué d’en exhiber une. En existe-t-il d’ailleurs ? Les signataires des accords de Haie Vive devront alors dire à leurs militants que l’incontournable émergent Koukpaki n’en est finalement pour rien dans le déclin économique, diplomatique, politique du Bénin à partir d’avril 2006. Comment est-ce que l’omniprésent ministre d’Etat pourrait établir une distance avec la marre infecte de l’organisation du sommet de la Cen-Sad à Cotonou ? On l’a vu solidaire de la chute du coton, de l’inflation des décaissements fantaisistes de fonds publics grâce aux ordres de paiement, des budgets erronés, des ordonnances abusives, de la dérive comportementale au sommet de l’Etat…

Une erreur sur la personne ? ? ?

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/672-koukpaki-devrait-il-en-rire.html