Le capitaine UN…

lundi 20 décembre 2010 par Arimi Choubadé

Les Soglo au grand complet, de Zinsou, de Amoussou, de Fagbohoun, de Sèhouéto, de Adjovi et consorts. Le capitaine de cette équipe de rêve a officiellement enfilé son brassard le 18 décembre 2010. Un spectacle en son et lumière ; un public en extase face à un podium futuriste où des gamins faisaient danser leurs grand-père ; la presse nationale et internationale sur son trente-un ; le tout au cœur du temple de la jeunesse par excellence, le stade de Kouhounou à Cotonou, sur la pelouse ou les Sessegnon et compagnie donnent régulièrement des frissons à des millions de Béninois, devant près de 60.000 témoins. L’événement : investiture du candidat unique de l’Union fait la nation pour les élections présidentielles de 2011, Me Adrien Houngbédji.

Mais le 18 décembre 2010, jour des 50 bougies de Léhady, ne fut pas que spectacle, décor et animation. Ce fut également de grands moments de politique ; de comment gérer le Bénin des 5 années à venir, des priorités, des perspectives, des grands travaux, des chantiers législatifs. Le capitaine UN est parti d’un effroyable diagnostic : famine et cherté de la vie. Il fallait suivre ce meeting d’investiture pour se rendre à l’évidence que les inondations n’ont pas fait que décimer les récoltes et les champs des villes et villages béninois. Elles ont sévit avec les mêmes ravages dans les pays limitrophes et surtout dans les pays d’Asie, de l’Europe centrale et de l’Est, de l’Amérique Latine d’où le Bénin aurait pu trouver des débouchés d’approvisionnement en produits vivriers. Il fallait y penser avant que le grain de maïs ne devienne aussi rare que le comprimé de nivaquine. A ces priorités se greffent d’autres défis structurels à savoir le chômage des jeunes et le folklore autour de l’approche genre.

Les remèdes UN empruntent deux axes principaux : la décentralisation et la restauration du réseau routier. Le père Noel UN promet à chacune des 77 communes un pactole de 1 milliard. Extraordinaire bouffée pour les petites municipalités, les plus nombreuses, qui peinent à mobiliser la moitié de cette subvention annoncée en un an. En bonus, Cotonou pourrait enfin récupérer la gestion de tous ces marchés dont l’emblématique Dantokpa. Les communes également en pointe dans la réhabilitation des micro-crédits introduits au Bénin par le président Nicéphore Dieudonné Soglo dans la lutte contre la pauvreté. Parallèlement, toutes ces localités devraient retrouver une meilleure accessibilité grâce aux rédacteurs du programme de l’UN visiblement excédés par les quatre heures d’horloge nécessaires pour rallier Akassato à Bohicon, à peine une centaine de kilomètre, sur la principale dorsale du pays. Une transversale devrait relier l’Est dans le Couffo à l’Ouest dans le Plateau, en plus de la réhabilitation de Parakou-Kandi etc… Jeunes, femmes, étudiants, travailleurs, paysans, opérateurs économiques sont pour leur part rassurés qu’ils seront gérés autrement que par des jetons de présence distribués en marge des marches de soutien, des meetings, des audiences à la Marina et des haies d’honneur lors des escales de l’hélicoptère du docteur-président.

Houngbédji ne pouvait pas se cantonner à la seule déclinaison du projet de société de son camp en ignorant la palme du régime le plus corrompu d’Afrique décernée à l’équipe Yayi par le célébrissime syndicaliste, Pascal Todjinou. Le capitaine UN se savait sous la menace de la vindicte de l’impressionnant auditoire s’il n’évoquait pas la mystérieuse disparition de Pierre Urbain Dangnivo et le scandale des faux placements d’argent. Un haut fonctionnaire de la République, militant d’un regroupement politique hostile au gouvernement disparait sans que la police, la gendarmerie et l’armée ne puissent retrouver sa trace. 156 milliards sont volés aux ménages par des faux placeurs, sponsors des activités de propagande du régime.

Le capitaine UN sur des décombres…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/864-le-capitaine-un.html