A propos du chômage massif …

jeudi 13 janvier 2011 par Arimi Choubadé

(Un conseiller spécial présidentiel lamentable et une ministre pathétique)

Encore faudrait-il qu’ils s’accordent sur le diagnostique. « Les Béninois ne travaillent pas » insulte le conseiller spécial et beauf frère du chef de l’Etat, Marcel de Souza. « Il n’y a pas de chômage au Bénin mais de sous-emploi » cafouille la sulfureuse ministre de la jeunesse et de l’emploi Rékiatou Madougou. Inutile d’aller chercher un quelconque remède au spleen des jeunes et autres marginaux dans un tel cafouillis sur fond de kermesse-bilan de l’action gouvernementale. En clair, rien à faire contre la supposée fainéantise des Béninois et le déni du chômage officiellement proclamé, ni au cours du mandat finissant ni au cours d’un éventuel prochain mandat du docteur-président. Voilà la réponse des émergents à la promesse de 25.000 emplois en 5 ans du candidat Abdoulaye Bio Tchané.

La furie du beauf vis-à-vis de ses compatriotes se justifie amplement. La raréfaction des ressources au niveau des régies financières de l’Etat ne permet plus au prince d’honorer ses promesses démagogiques ou de s’offrir un train de vie disproportionné. La douane, les impôts et les recettes-perceptions sont en agonie. Mais le grand économiste qu’il revendique ne saurait ignorer l’impact de la tragédie Icc-Sercives. Plus de 150 milliards d’épargne frauduleusement prélevés auprès des ménages et dont son parti, le Frap a, d’ailleurs, largement profité. Bien que fainéants, les Béninois ont pu se faire voler suffisamment d’argent par des faux placeurs qui avaient pignon sur rue dans les allées de la Présidence de la République et pouvaient financer ostensiblement la propagande du régime Yayi. Jamais le Président du Frap ne s’est préoccupé de la manière dont son parti pouvait assumer sa part dans les nombreuses activités qu’il a parrainé à l’aide de l’argent des pauvres.

Attardons-nous un peu sur les recettes du Changement visant à mettre les Béninois au travail. A commencer par les cotonculteurs dont les plantations ont été transformées en champs de ruine sous les effets des intrants de mauvaise qualité fournis par des courtisans du régime. Les amis du beauf n’ont rien trouvé de mieux pour faire travailler les Béninois que de persécuter les opérateurs économiques nationaux. Pendant que les amis du régime se faisaient octroyer gracieusement des exonérations fantaisistes sur le dos du contribuable, les autres hommes d’affaires devaient mettre la clé sous le paillasson (Salé, Lawal, Adjovi Tchanvoédo), être embastillé (Fagbohoun), ou sortir du pays (Lagnidé, Rodriguez). C’est toujours de la lutte contre la fainéantise que de faire bloquer des dizaines de conseils municipaux au lendemain des élections municipales par des partisans du pouvoir ou de faire obstacle aux initiatives des maires de l’opposition. On ne parle pas encore de la propension du chef de l’Etat à multiplier les jours fériés ; à distraire les travailleurs en les conviant à des cérémonies de pose de pierre ; à faire envoyer ses ministres en tournées intempestives et couteuses pour des causes futiles.

Et l’autre qui parle de sous-emploi sans qu’on ne sache exactement de quoi cela retourne. Création d’emploi rime forcément avec création d’entreprises privées. Or la croissance à deux chiffres et les industries promises en 2006 se soldent en fin de mandat à 0 usine créée et à une croissance à moins de 3%. Ce que vivent des milliers de Béninois, c’est la précarité ou plutôt la non sécurisation des emplois surtout dans le secteur privé. Cela tient d’abord de la législation en vigueur ; ensuite de l’inefficacité des structures de règlement des conflits du travail. Le travailleur béninois a besoin d’être protégé contre des employeurs esclavagistes et tricheurs. Cela ne se règle pas par des artifices du genre micro-finances ou des recrutements de militants ou de frères de village dans la fonction publique.

A force de confondre bilan et show médiatique…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/869-a-propos-du-chomage-massif.html

Messages

  • Futur PRESIDENT,
    Moi je suis a Pobé Commune de Pobé Département du plateau, comment faire por créer votre partie ici a Pobé ca beaucoups de personnes attends a vous soutenir, a cause de sa qui est votre représentant a Pobé pour qu’ont sache comment lutter pour vaincre dans notre localité et partout au BENIN.
    Je me nomme H. Noel Qutier : OKE-OLLA POBE Tél : 97052854. je suis le Sécrétaire Administratif Départementale de Oueme-Plateau et de sous-section de la commune d’Adja-OUERE ? de syndicat gros-porteurs (SYNACO-GP).
    J’attend la réponse se n’est pas affaire de ce cacher.

  • Monsieur Arimi CHOUBADE
    Je suis curieux de savoir combien de chômeurs compte mon pays aujourd’hui. Et quelle est la typologie du chômage au Bénin ? Combien de demandeurs d’emploi avez-vous recensé ? Combien d’emplois ont été créés en cinq ans par le régime de YAYI ? Vous êtes un parfait ignorant de tout cela ! Et pourtant, vous osez porter des jugements de valeur sur les acteurs du développement de notre très cher pays. Cela est plat, teinté de haine et de jalousie. Les 800.000 braves femmes reconverties en actives économiques, les cotonculteurs sauvés de la ruine causée par ceux que vous connaissez, grâce aux réformes structurelles ambitieuses porteuses d’espoir, les enseignants ,les parents d’élèves, les mères de famille, les femmes de nos marchés, les étudiants, les avez vous écoutés ? On ne parle pas d’une jeune dame comme vous le faites ; et le beauf dont vous parlez est un cadre de la BCEAO à la retraite et lui, au moins, sait de quoi il parle. Cela ne vous grandit pas Monsieur CHOUBADE. Ceux dont vous citez les noms comme étant des hommes d’affaires exilés ou embastillés etc, les connaissez- vous réellement ? L’action politique de ce régime vise justement à arracher notre pays de la haute mainmise de cette mafia qui a porté longtemps l’horreur de la corruption et du pillage de nos ressources. Il vous a plu de cracher le fiel sur des concitoyens qui ne sont qu’au service de leur pays. Ceux qui croient qu’il n’y a que les vieilles manières de faire les choses, qui sont les seules manières de faire progresser les choses sont des résistants au changement. Encore faudrait il l’être avec vertus. Il n’y a plus de place pour l’affairisme au sommet de l’Etat et les tenanciers de l’économie souterraine d’hier ont maille à partir avec le changement ; cela est une réalité. Et même si ABT qui a été signataire à l’époque de ce vilain contrat relatif à la cession de la SONACOP à FAGBOHOUN, devenait Président de ce pays, il ne l’autoriserait pas. Il n’y a pas de honte à s’informer sur les grands dossiers de la Nation, comme l’affaire ICC, si on n’en sait rien. J’éprouve de la pitié pour les plumitifs donneurs de leçons qui étalent leurs limites en toutes matières. Assurez vous des choses avant d’en rechercher les causes vous éviterez le ridicule de trouver la cause de ce qui n’existe point.

    • Mr Falobyi ou quoique vous vous faites appeler, surement vous faites parti de ces résistants au CHANGEMENT dont vous parler,CHANGEMENT OUI mais pas cette merde excuser du peu dans laquelle vous autres et votre docteur-président économiste de développement ignorant des notion de base en économie niveau cours secondaire avez plongé le pays,c’est vraiment dommage. En cinq année de gestion en quoi avons nous évolué ?? Sortez vos chiffres authentifiés svp et nous pouvons discuter. Je suis dans le secret des dieux et nous avons les infos dont vous n’avez même pas soupçon sur tt ce qui se passe en ce qui concerne la gestion de ce pays. HONTE A VOUS

  • Mr Falobyi, je suis au regret de vous rappeler que même si vous n’êtes pas d’accord avec l’analyse du journaliste, celà ne vous donne pas le droit d’écrire ces mots qui frise l’injure.

    Et puis il n’y a que votre champion et vous qui vous voyez que tout va mieux dans le meilleur des mondes dans notre pays. C’est YAYI qui a fait les meilleurs investissements depuis 50 ans et pourtant tout va si mal, c’est YAYI qui a le meilleur bilan etc. Ainsi donc avant YAYI, les autres Présidents qui nous ont dirigés n’ont rien fait. Certains comme Hubert MAGA devraient se retourner dans leur tombe.

    Revenons au problème du chômage ; je suis sûr que vous ne savez même pas ce qu’est le vrai chômage.
    Lorsqu’on est rentier de quelqu’un, celà ne nous empêche pas de lui dire la vérité.
    Cessez de vous complaire dans une autosatisfaction béate sinon le réveil vous sera très douloureux.

    • Mon très cher Nel
      Ne perdez pas votre sang froid et répondez aux questions claires qui vous ont été posées. Combien de chômeurs, de demandeurs d’emplois avons nous au Bénin ? Et quel est le nombre d’emplois créés par YAYI ? Un intellectuel honnête ne jugera qu’après avoir eu en mains ces chiffres. Vous parlez de merde ! C’est la preuve qu’il y a un besoin de "démerder" tout cela par l’éducation à nos valeurs essentielles. Je ne connais pas votre cursus scolaire, mais vous avez une curieuse manière de désigner le docteur Boni YAYI qui a fait ses preuves en dehors comme à l’intérieur de notre pays à des niveaux de responsabilité qui imposent un minimum d’égard quand même. La haine et la jalousie sont des faiblesses humaines ; mais elles demandent à être contenues pour éviter la déchéance. Ce n’est pas en cherchant à abaisser l’autre que vous grandirez mais certainement en l’élevant. Le délit du mérite que vous brandissez vous frappera peut être un jour... qui sait ? Vous ne me connaissez même pas et déjà vous me taxez de tous les noms d’oiseau, c’est bizarre et je devrais continuer de psychanalyser tout cela.
      Je vous en prie ; nous ne devrions pas nous injurier ; mais nous avons à discuter calmement à propos de notre pays et à assumer tout ce que nous affirmons souvent gratuitement, avec fair play. C’est une exigence de la probité.
      Amicalement A. Falobyi

    • Monsieur Maurino
      Vous parlez d’injure et je relis ce message et je n’y vois que ma part de vérité. Elle a pu vous ébranler dans vos convictions laissées en roues libres sans contradicteurs sérieux jusqu’ en ce moment ; mais je vous offre à présent une occasion de les confronter à la réalité réelle. Vous devriez m’en être reconnaissant. Cela vous fera éviter les lendemains qui déchantent, les réveils douloureux. Je n’ai nullement encore dit que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ni que mon tuteur, feu le Président MAGA ( paix à son âme) n’a rien fait pour ce pays ; mais curieusement vous me jugez pour tous ces péchés ! C’est grave et préoccupant ; vous pensez ce que je ne pense même pas encore ! Prudence et tolérance. Merci. Le bonheur est difficile à définir et est de l’ordre des sensations et des affects ; et on ne peut discuter de la sensation qui est la vôtre face aux résultats de l’action gouvernementale au Bénin. Ce qui est fait mérite d’être évalué à sa juste valeur et point n’est besoin de le magnifier ou de le vilipender ; il y a encore tant de défis qui assaillent notre pays. Même ce qui est fait mérite d’être parfait.
      Amicalement A. Falobyi

    • Bonjour M. Falobyi AHISSOUMASSON. C’est un honneur pour moi que ce forum s’anime par des réflexions et des prises de position comme vous le faites si bien. Je n’ai pas l’habitude de répondre à des messages mais je pense faire quelques remarques sur des textes que vous avez bien voulu poster sur ce site.
      Pour vous rappeler que ma chronique sur le chômage des jeunes, je n’a jamais contesté des chiffres. Il s’agit plutôt d’une réaction face aux propos de personnalités à savoir le Conseiller spécial et beau frère du chef de l’État, de Souza qui affirmait sur une émission sur Golfe Tv que les "Béninois ne travaillent pas" et l’autre déclaration est de la Ministre des microfinances estimant qu’il n’y a presque pas de chômage au Bénin mais le sous emploi. A moins que vous me contestez le droit de me prononcer sur des déclarations faites par des personnalités du régime.
      Pour ce qui est de ma chronique sur le "Piège jeune", il s’agit également d’une réflexion qui porte sur la manière dont est abordée la question de la jeunesse. Je trouve et c’est ma conviction que la gestion d’un pays doit être global. Si la société est mieux gérée toutes ses composantes en seraient satisfaites (jeunes,moins jeunes, femmes, ouvriers, musulmans, chrétiens, etc...). Il n’y a pas à satisfaire les jeunes au détriment des autres, ou les femmes uniquement ou d’autres catégories spécifiquement. Je voulais mettre un bémol au galvaudage de la notion jeune au cours des campagnes électorales.
      Si cela peut vous intéresser je suis né le 17 mai 1968 à peu près 43 ans.
      Par ailleurs, je confirme que je vis de mes chroniques comme tous les animateurs de médias donc je suis payé pour écrire ce que j’écris. Ce serait un honneur pour moi de prendre une commande auprès de vous un de ces jours M. AHISSOUMASSON.
      Excusez les incorrections du texte je l’ai fait à main levée et puis mes notions en littérature sont assez limitées.
      cordialement
      Arimi Choubadé

    • Il n’y pas pire aveugle que celui qui ne veut voir. Mr Falobyi je vous laisse à votre cécité en vous rappelant que le temps est un grand juge et votre champion passera par son tribunal plus vite que vous n’y croyiez.
      Cessez de prendre nos vessies pour des lanternes car si tout allait bien comme vous essayez de nous faire croire, nos principaux indicateurs ne seraient pas dans le rouge vermeil.
      Et comme je me rends compte que vous vous êtes déjà fait votre religion à propos de YAYI, je vous dis aussi amicalement