Comment les émergents se moquent de Yayi…

jeudi 27 janvier 2011 par Arimi Choubadé

Je vous propose la réflexion d’un internaute très contrarié par les fortes proclamations issues du forum-bilan du gouvernement. Son étonnement provient du mépris des émergents vis-à-vis du bilan des 50 années d’après indépendance. En effet, Yayi a pris la charge de la gestion du pays en 2006 c’est-à-dire alors que l’Etat béninois n’avait que moins de 46 ans d’existence. Etaler la raillerie médiatique sur une période de 50 ans revient à l’étendre au mandat du docteur-président, en poste jusqu’à la célébration du cinquantenaire en 2010 et ne le met aucunement en valeur. En d’autres termes, des émergents accusent leur propre régime de n’avoir pas fait grand-chose du moins sur leurs quatre années comprises dans les 50 ans. Cela sous-entend que c’est finalement en une année que l’émergence a pris l’ascendance sur l’ensemble de la période post-indépendance. Dans le feu de la démagogie, il n’y a plus de place pour la lucidité. Et puis il fallait dire exactement les choses comme aime entendre le prince suprême. Il parait qu’il adore être adulé et être comparé au meilleur des meilleurs, à Dieu pourquoi pas ? S’ils daignaient revoir leur discours, les émergents s’apercevraient que le mandat de Yayi est bien inclus dans ce cinquantenaire de l’Etat béninois ; un gros échec, à leurs yeux.

Par contre, les faiseurs de bilan se sont bien gardés de se pencher sur leur propre spécificité ; à l’instar des accolades entre le chef de l’Etat et des faux placeurs d’argent sous les caméras dans l’enceinte du palais. Aucun des exposants n’a voulu mettre dans la balance les 156 milliards racolés auprès des foyers par les escrocs qui ont beaucoup investi à faire la propagande de l’action gouvernementale. La question se pose de savoir si le pouvoir Yayi a fait générer pour ces mêmes foyers dépouillés des revenus équivalents au produit du gigantesque rapt. On a déjà souligné l’empressement des laudateurs du pouvoir à éluder la dégringolade du Bénin dans les classements de Rsf sur la liberté de presse, de Transparency International sur l’état de la corruption, de Amnesty International sur les droits de l’homme et les libertés ou de Doing Business sur l’opportunité des affaires. De l’ancien ministre Théophile Montcho, on apprend que les notes des institutions financières à ce gouvernement ne sont pas fameuses, et que dépité, le Fmi a même déménagé sa représentation locale sur le Togo voisin. De tout cela, il n’en a pas été question dans le bilan.

Pas la peine de revenir sur les soi-disant réalisations d’infrastructures du gouvernement du docteur-président après des témoignages de la grande majorité des élus locaux se plaignant d’avoir été délaissés durant le mandat finissant. Les onéreuses ballades en hélicoptère en disent long sur le bluff des prouesses en matière de route. Les programmes d’investissements publics (Pip) étant gelés au moins sur 3 années sur 5 on se demande si c’est avec les deniers personnels du chef de l’Etat que les prétendues réalisations ont été faites. A moins qu’on ait comptabilisé les églises, les dons à la gendarmerie, les forages de puits et autres libéralités imputables aux faux placeurs incorporés au régime jusqu’à l’éclatement du scandale. Sur ces faits, on ne peut qu’être d’accord avec le gouvernement Yayi ; en cinquante ans de pouvoir jamais personne n’a vu des faux pasteurs investir autant dans la propagande d’un régime sous la protection de proches parents du chef de l’Etat ; de l’argent escroqué auprès de toutes les couches de la population. Des escrocs officiellement enrôlés par le pouvoir, qui, en quelques années, pouvaient multiplier les libéralités de toute sorte, les extravagances, les orgies, les sponsorings de meetings et de marches de soutien au chef de l’Etat. Du jamais vu en cinquante ans d’existence de l’Etat béninois. Pour cela, l’émergence mérite des lauriers.

Pour le reste ? Pouah !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/879-comment-les-emergents-se-moquent.html

Messages

  • Sacré Arimi. Il faut être un fûté comme toi pour confondre les faux émergents.
    BRAVO !

  • Merci Arimi,seulement les opposants ne sont pas habiles sinon c’est au lendemain de ces propagandes qui tournaient en boucle sur toutes les chaînes de Tv et Radio qu’ils devaient intervenir, réagir rigoureusement ne serait-ce que sur le plan économique PIB À moins de 3% le temps de faire le bilan par leurs experts dans les autres domaines. On a une opposition qui dort. Le bilan est catastrophique. Moi j’ai le programme du candidat Yayi de 2006. Même le coton a chuté. L’escroquerie au sommet de l’état avec l’affaire ICC DEVRAIT SUFFIR pour anéantir ce régime sur le plan social. Mais les opposants laissent passées beaucoup d’occasion ou ils réagissent trop tard. Merci arimi, heureusement qu’il y a des patriotes comme vous pour que ces monsieurs ne rende tout le peuple bête. Basta