Au bout des chars d’assaut…

mercredi 23 mars 2011 par Arimi Choubadé

Après le K.O. des cantines non scellées, convoyées par vague depuis d’obscurs bureaux de vote fictifs, le tour des blindés, avec Porto-Novo dans les viseurs. Les aïnonvis auraient commis le péché de lèse docteur-président en ayant l’outrecuidance de se réjouir de tendances favorables à l’ennemi Houngbédji. Cela vaut bien une guerre, une vraie, de la part du régime du Changement. Dispersion musclée de scènes de liesse, matraquage de population, arrestations puis déploiement militaire exceptionnel. Jamais, même en 17 ans de régime militaro-marxiste, les Porto-noviens n’ont côtoyé d’aussi près la puissance de feu de l’armée béninoise. Ou plutôt, la capitale béninoise n’a jamais été une cible militaire déclarée. On ne peut néanmoins pas reprocher aux émergents de ne pas avoir de suite dans les idées. En effet, les édifices sensés abrités des intérêts de l’Etat-Fcbe bénéficient, eux, de protection particulière. Il fallait préserver le peuple de Yayi des autres. Grâce à l’armée émergente on pourrait parvenir à extirper du peuple les empêcheurs de détourner en rond, de passer des marchés publics gré à gré, de protéger les escrocs, faux placeurs et faux pasteurs.

Ce n’est pas assez que le Bénin dégringole de tous les classements internationaux d’évaluation de l’état de la démocratie et de la bonne gouvernance depuis l’arrivée de Yayi à la Marina. Le modèle enrhumé fait déjà les choux gras des médias occidentaux à la suite du premier tour de l’élection présidentielle 2011 sans liste électorale. Les forums internet raffolent désormais des images de chars et de blindés en tout genre dans les rues de la capitale. Ceci sans qu’aucun responsable militaire ou civil n’éclaire l’opinion sur les motivations de cet acte de guerre. On ne connait pas la mission, la cible et les ennemis visés par cette opération d’envergure. Ces décors insolites rappellent tout simplement les grotesques parures très prisées des régimes autocratiques. A se demander celui qui a eu cette diabolique idée d’imposer à des citoyens, certes militaires, de regarder les concitoyens par le lorgnon d’un char d’assaut à longueur de journée. Une bêtise qui n’a rien de typiquement béninois et qui conforte les rumeurs du recours à une mystérieuse légion étrangère. De toutes les façons, le déploiement de la grande muette en pleine ville constitue une offense au professionnalisme de la police nationale normalement compétente et qui a fait ses preuves un peu partout dans des opérations de maintien de l’ordre à travers le monde.

Visiblement, cette armée est loin d’avoir trouvé la parade absolue à toute contestation du rempilage annoncé du docteur-président. Les annonceurs du K.O. ont attribué à Houngbédji pas moins d’un million de suffrages exprimés. Même si les chars du K.O. parvenaient à écraser toute la population de Porto-Novo, il en resterait d’autres et d’autres citoyens encore révoltés à d’autres endroits du pays pour s’insurger contre la parodie électorale du 13 mars 2011. Il faudrait alors plus de troupe, non seulement pour mettre hors d’état de nuire les contestataires, mais également, pour protéger les émergents. Des expédients qui ne dispensent en rien le pouvoir des conséquences de son propre bilan : les caisses de l’Etat exsangues, les défections de partenaires techniques et financiers, les tensions sociales et politiques, le remboursement de plus de 100 milliards aux spoliés de Icc-Services. Rien de tout cela ne figurait au tableau des préoccupations des citoyens à l’avènement du Changement en 2006. Peut-être que le docteur-président-plus-que-Dieu dispose de la faculté d’effacer les stigmates de la corruption et de la violation des libertés publiques par des obus de char sur des sanctuaires d’électeurs d’un adversaire politique.

Après l’émergence, la refondation au bout des chars !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/912-au-bout-des-chars-d-assaut.html