Encore les cantines du nord !!!

mercredi 11 mai 2011 par Arimi Choubadé

Dantesque, le fameux vote du nord aux législatives 2011. Il ne s’est pas contenté d’être outrancièrement mouvancier, ce vote du nord ; il a fait plus, en y mettant une sorte de purification ethnico-politique. En échos à cette mission de précampagne de cadres « fils du terroir » ; la tristement célèbre expédition conduite par le ministre Saka Lafia soi disant agir pour le compte du chef de l’Etat. Tout ou presque pour la seule liste sur laquelle l’enfant prodige lui-même a mis l’indexe, Fcbe : 50% dans l’Alibori, 87% dans le Borgou et 100% dans l’Atacora et la Donga. Au total, les émergents et associés engrangeraient, rien qu’au niveau de la partie septentrionale, près de 99% des postes à pourvoir aux législatives, plus d’une vingtaine proclamée élue pour le compte de la marche de Yayi vers plus de pouvoir, plus de puissance, plus d’impérialité et plus d’arrogance. Quelques procurations, par ailleurs, ajoutées à la légion émergente des autres départements et les portes de la refondation semblent largement entrouvertes. Alea jacta est !

Au bout de la course, le compteur affiche 49 sièges sur 83 pour le compte de Yayi et ses amis avec un noyau pur de 41 pour Fcbe. Alors qu’au sortir des bureaux de vote, les estimations les plus osées faites par les émergents eux-mêmes faisaient état d’à peine 35 à 37 pour Fcbe et 44 pour l’ensemble des défenseurs du régime du Changement ou supposés comme tels. C’était sans compter avec le miracle des cantines du « nord ». Celles dont on avait déjà entendu parler à l’occasion des présidentielles du 13 mars ; les célébrissimes cantines du K.O. manipulées, déviées de leur trajectoire initiale et parvenues à destination hors délai, dans d’étranges conditions. Il ne restait au président de la Cena, émergent de première heure, de proclamer le K.O. en catimini à la suite d’un vaudeville électorale digne de la république « très très démocratique de Gondwana » ou plutôt d’une véritable république de bamboulas.

La théorisation d’un prétendu clivage entre le sud et le nord est un prétexte bon marché visant à occulter des réalités connues de tous, et révélées par Idji Kolawolé pendant qu’il passait le perchoir à Maturin Nago en 2007 au palais des gouverneurs à Porto-Novo. L’ancien président du parlement avait évoqué dans son speech, l’immixtion insidieuse voire tendancieuse d’une partie de l’armée dans le jeu politique. Or, il se trouve que ce discours coïncidait à une époque où ce rôle a connu une institutionnalisation de l’implication de la grande muette dans le processus électoral. Le transport du matériel électoral devrait lui revenir. Des procédés qui ont permis à beaucoup de prédateurs de s’offrir une longévité aux commandes. Le continent africain est rythmé par ces urnes pré-bourrées, transportées en hélicoptère sous escorte militaires. Des convoyages au cours desquels toutes les manipulations de résultats sont possibles tant que la hiérarchie militaire est sous perfusion (bakchichs, passe-droits, promotions, trafics d’influence ou trafics tout court).

Se payer à peu de frais les vrais procès verbaux issus des bureaux de vote est un jeu d’enfant surtout avec des milliards volés par des faux placeurs amis du régime dont on ne connait toujours pas la trajectoire. C’est peut-être un hasard que des exemplaires authentiques de ces documents électoraux soient retrouvés entre la Marina, le camp Ghézo, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Défense et le siège des RG, en pleine attente de la proclamation des grandes tendances des législatives. C’est bien au sein de cet environnement stratégique qu’on annonce régulièrement des mouvements d’urnes et de bulletins pré estampillés sans que personne ne puisse être admis à en vérifier l’exactitude si ne n’est encore des hauts gradés ouvertement engagés dans le renforcement du régime. Tant que ces cantines existeront, la messe est dite.

De K.O en K.O…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/938-encore-les-cantines-du-nord.html