La Haac…comme les huissiers…

mercredi 11 mai 2011 par Arimi Choubadé

Les exploits d’huissiers ? Il fallait suivre la proclamation du K.O. de la présidentielle pour comprendre ce que la Cour constitutionnelle en fait. Un désintérêt manifeste, si ce n’est carrément du mépris ; pratiquement inopérants, les actes authentiques de ces professionnels légaux du constat. Des feuilles de choux à comparer aux rapports des « propres observateurs » de la Cour déployés sur le terrain. Vient ensuite la proclamation d’un autre K.O., celui législatif donnant un autre aperçu des réalités du terrain, selon la Cour de Robert Dossou. Cette fois-là, c’est la Haac qui goute à son tour à l’impérialité de son collègue institutionnel. En effet, les conseillers de la régulation des médias pensaient avoir surpris un promoteur de radio, candidat sur la liste défendue par le chef de l’Etat aux législatives, en flagrant délit, non seulement, de violation de son cahier de charges en tant que promoteur de médias audiovisuel mais surtout de la loi électorale. Dénigrement de concurrents, messages de propagande au-delà de la période légale de la campagne électorale, refus d’obtempérer aux injonctions des responsables de l’antenne régionale de l’institution de régulation des médias. Tout cela contenu dans une décision solennelle, publiée au journal officiel et opposable à toutes les institutions de la République y compris la toute puissante Cour des K.O. Plus qu’un simple recours en invalidité de la liste incriminée d’un concurrent politique de la circonscription électorale concernée, en principe.

Plus qu’un délit de presse, les faits reprochés à Zéphirin Kindjanhoundé constituent des entorses évidentes à la loi électorale d’un scrutin arbitré par la Cour de Dossou. Apparemment, ces constats d’une gravité exceptionnelle ont pu échapper à ses très compétents et infaillibles « propres observateurs ». Tellement bien formés, bien aguerris, bien inspirés et très impartiaux, ces « observateurs » de sa majestueuse cour, qu’ils n’ont pas constaté comme les conseillers à la Haac qu’une radio irradiant près de 6 à 7 communes faisait campagne jusqu’après la date de clôture de la période légale et invectivait copieusement les autres candidats en compétition avec son promoteur. C’est bien une institution républicaine, à la suite d’une séance solennelle, qui déclare que la liste Fcbe s’est rendue coupable d’une campagne électorale illégale voire attentatoire à la paix et à la quiétude. Et c’est justement la foi aux instances légales et constitutionnelles du pays qui a motivé les autres concurrents à ne pas donner dans la surenchère en répliquant sur d’autres chaines rivales de la localité. Ils auraient certainement voulu que la Cour constitutionnelle sanctionne également les dérapages explicités à suffisance dans la décision de la Haac.

On pourrait inverser les postures en supposant que les termes de la décision condamnant la radio du candidat, Fcbe, Kindjanhoundé dans la 24ème circonscription (Zou) soient des extraits des rapports des « observateurs » de la Cour. D’où la question de savoir si selon Robert Dossou et compagnie la campagne hors délais, les propos désobligeants à l’endroit des adversaires, le refus d’obtempérer aux injonctions de l’autorité de régulation, le tout par radio interposée, ne méritent pas sanction. A moins que le juge électoral ait jugé que la sanction de la Haac se suffit en elle-même épargnant ainsi à la liste de Yayi des tourments supplémentaires. Comment empêcher des esprits retors comme les miens d’avoir l’impression d’une impunité sélective entachant la légitimité même de ces élus émergents de la 24ème ; en plus de l’inorganisation, des exclus du processus électoral, de l’abstention record et des entorses multiples à la constitution et aux lois électorales, sur fond de vide institutionnel, le Bénin se dote d’un parlement où siègent des gens élus dans des conditions jugées à la légalité par des institutions de la République.

Vérité de la Haac n’est visiblement pas celle de la Cour constitutionnelle…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/939-la-haac-comme-les-huissiers.html