Au commencement était la Sbee…

vendredi 20 mai 2011 par Arimi Choubadé

Un limogeage annonciateur. Amateurs de statistiques à vos calepins ! Si la saga des scandales a timidement pris corps sous le premier mandat, elle démarre plutôt en fanfare sous le second. Avec peut-être un tronc commun sur les origines : par la Société béninoise d’énergie électrique en 2006, par cette même société en 2011. Le procédé n’a pris aucune ride du Changement à la Refondation : un débarquement-surprise de directeur général, et puis, plus rien. Des sortes de disgrâce qui se révèlent plus tard être des transitions vers de nouveaux challenges, toujours au service de la maison cauris. En 2006, le docteur-président affichait son incrédulité face aux préoccupations d’une pauvre citoyenne qui cherchait à comprendre pourquoi elle payait en un mois des notes d’électricité plus salées que ce qu’elle payait en deux mois sous d’autres régimes. Ensuite une commission d’enquête a commencé par déterrer des marchés gré à gré à l’infini, des dépenses faramineuses en étrennes et en gadgets divers, des surfacturations, des procédures d’attribution des marchés fantaisistes. Deux DG furent débarqués dans la foulée, l’un à la suite de l’autre. Rideau !

Le néo déchu de 2011, le tout premier sur la liste du nouveau mandat peut logiquement s’estimer heureux. Ces prédécesseurs avaient dû trainer les boulets de croustillants déballages consacrés en plein conseil des ministres. Même si cela ne les a empêché, ni Célestine Adjanohoun, ni Da Matha de figurer en bonne position sur des listes de candidatures de la galaxie émergente aux législatives de 2007. Sous le premier mandat donc, les trajectoires des limogés se ressemblent presque. Les Béninois connaissent par chœur les tribulations arrangées pour des limogés réhabilités, des suspendus finalement lavés de tout soupçon, des ripoux promus ou des escrocs plébiscités par le suffrage universel. Personne ne se préoccupe donc du sort de Tchékété. Des gars, avec ce pédigrée et ce parcours, la Marina en raffole. Sûr qu’avant son limogeage, la refondation lui a tracé une nouvelle aventure toute aussi sonnante et trébuchante que ce qu’il a connu à la tête de la Sbee. D’ailleurs qui peut dire, la main sur le cœur, que le limogé n’a pas contribué à l’effort de guerre nécessaire à l’accomplissement des K.O électoraux ? Peut-être veut-on lui permettre de faire valoir ses compétences ailleurs que dans une société de plus en plus exsangue.

Mais ce qui intéresse le plus les gens c’est moins la prochaine mission refondatrice de Tchékété que le compteur des scandales à la fin du mandat c’est-à-dire si les yayistes vont être capables de faire mieux (ou pire) que la Cen-Sad, Icc-Services, machines agricoles, Sonapra, coton, véhicule d’occasion, avion présidentiel, lépi, K.O électoraux… Même le plus brillant des analystes ne sauraient prédire avec exactitude jusqu’où les émergents souhaitent aller. Une certitude, cependant, c’est que le deuxième mandat commence comme le premier : sans programme, sans projet, sans perspective mais avec des scandales. Pire, la volonté de caporalisation du bureau de l’Assemblée nationale présage du fait que les 13 mars et 30 avril ne furent que des étapes d’un dessein plus subtil. En effet, avec un pays plus mal en point en 2006 qu’en 2011, les refondateurs ont besoin de plus d’inventivité pour traire leurs concitoyens comme ils l’avaient fait durant les 5 années précédentes. Si la peur de rendre compte de 5 années de gabegie, de crimes économiques, d’escroquerie leur a fait commettre le hold-up du 13 mars, on peut imaginer ce qu’ils seraient capables de faire après 10 années de rupture avec les valeurs morales, les repères républicains et le respect de la chose commune. Il serait étonnant que tout s’arrête à ce énième scandale de la Sbee. Il en aura d’autres, d’autres et d’autres encore. Autant qu’il faut au refondateur en chef pour fortifier aussi longtemps que possible son règne éclairé.

Ça ne fait que commencer…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/945-au-commencement-etait-la-sbee.html