Ça n’allait donc pas à la passation des marchés publics ???

jeudi 23 juin 2011 par Arimi Choubadé

Un grand coup de pied gouvernemental dans la fourmilière. À la Commission nationale de régulation des marchés publics. Admirez ce pot pourri d’une rare intransigeance : « profonds dysfonctionnements au niveau de la Commission Nationale de Régulation des Marchés Publics (Cnrmp) à savoir actes de détournement, de corruption généralisée et de connivence avec les soumissionnaires ». Réquisitoire plus corsé un peu plus loin : « opacité du régime indemnitaire appliqué ; manque d’informations suffisantes sur la cession des dossiers d’Appel d’Offre ; non traçabilité des mécanismes de recours et de la perception des droits y afférents ; faiblesse de la comptabilité en matière du suivi de la gestion du carburant ». Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’extraits d’un discours de dénigrement d’opposants à la Refondation mais d’une authentique prose du gouvernement d’ouverture, à l’issue d’un conseil des ministres présidé par son excellence le docteur-président-refondateur le 16 juin 2011.

Dire que le diagnostic n’a rien d’original puisqu’il rime avec des diatribes embouchées par tous les anti-yayistes depuis plusieurs années. A plusieurs reprises, les souterrains de cette fameuse commission de passation des marchés publics ont fait les choux gras de la guérilla politique. Des pics inimaginables avaient été atteints grâce à des révélations étalées en grands caractères à la Une des médias dans la foulée de la tenue du sommet de la Cen-Sad à Cotonou. L’épisode de la paire de gants à 400.000 f Cfa et de l’imperméable à 90.000 f Cfa. À l’époque déjà, un conseil des ministres avait flairé quelques bisbilles entre les commissaires et les adjudicataires de marchés sans aller plus loin. Juste la suspension d’un ministre, réhabilité au bout d’un trimestre sur fond de rapports d’enquête et de contre-enquête ; et puis, plus rien. On était loin de se douter que des choses graves s’y passaient vraiment. Surfacturations, gré à gré dolosifs, contrefaçons, décaissements fantaisistes, faux et usage de faux, tout cela n’était donc pas que légendes.

Accabler la Marina n’a plus de sens puisque malgré tout, son locataire peut se prévaloir de deux K.O électoraux successifs bénis par l’arbitre constitutionnel. La réalité est désormais attestée qu’à la Cnrmp il n’est question ni de Changement ni d’émergence, encore moins de refondation. Il y a longtemps que les considérations d’ordre éthique et moral ne guideraient plus l’adjudication de marchés publics. Si les préjudices annoncés se confirmaient, c’est le trésor public qui en serait la principale victime. Sans oublier le lourd tribut à payer par les entreprises éconduites par ces commissaires truqueurs et magouilleurs sur qui pèseraient des soupçons de corruption selon les ministres réunis en conseil le 16 juin. Si cela s’avérait, la grisaille économique actuelle pourrait y trouver une de ses causes fondamentales. Il ne fallait pas plus qu’une frustration, une perte de motivation ou de confiance dans les institutions pour contraindre un opérateur économique à raccrocher.

Le cynisme de l’affaire ce n’est pas seulement le mépris vis-à-vis des dénonciations antérieures mais plutôt le ridicule des sanctions présumées prononcées : « le Conseil des Ministres a décidé de mettre définitivement fin, à compter de ce jour, aux fonctions de tous les membres de la Commission Nationale de Régulation des Marchés Publics ». Un baratin qui a perdu tout son charme y compris la rhétorique désormais rodée des fameuses « instructions » données à des ministres en vue des mises en débet ou des poursuites judiciaires éventuelles. La réalité est l’absence d’un arsenal juridique conséquent visant à faire face à la corruption. Maintenant que les refondateurs sont ultras majoritaires au parlement, le conclave ministériel du 16 juin aurait pu en profiter pour annoncer l’enrôlement et l’étude en procédure d’urgence du célébrissime projet de loi anti-corruption en souffrance au palais des gouverneurs.

Avis à Akouavi Elise Gbèdo ex-chantre du vote de cette loi !!!

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/958-ca-n-allait-donc-pas-a-la.html