Le crime presque parfait des Pvi…

vendredi 2 septembre 2011 par Arimi Choubadé

Père noël avant décembre pour commerçants béninois ! Autorisés qu’ils sont à pressurer les consommateurs à volonté. On pourrait même ajouter : autorisés à « voler » leurs concitoyens en toute impunité. En effet, les représentants de l’Etat persistent et signent que les réformes au cordon douanier ne devraient avoir la moindre incidence sur les produits disponibles sur les marchés avant l’instauration du Programme de vérification des importations (Pvi). En clair, celui qui achète la boite de sardine (avant effet officiel Pvi) à 700 f Cfa au lieu de 350 s’est fait escroquer. Multipliez l’infraction par le nombre de ces trucs vendus hors prix réglementaire et celui des consommateurs grugés de cette manière pour vous faire une idée de l’ampleur de l’arnaque. Au vu et au su de tout le monde. Les vendeurs peuvent donc déguster leur caviar servi sur un plateau d’argent par le gouvernement lui-même à travers des réformes portuaires dites révolutionnaires. Descente présidentielle à Dantokpa, tournées ministérielles dans tout le pays, rencontre gouvernement-opérateurs économiques, cris de détresse du peuple ; rien pour faire baisser les prix de produits de première nécessité. De tout cela, le commun des citoyens ne retient finalement que l’inaccessibilité soudaine des étalages sur les places de marché.

Il y a donc vol, escroquerie, dol au détriment du peuple consommateur sans qu’aucun coupable ne soit désigné. Au contraire, les principaux présumés auteurs de ces délits ont eu le privilège d’être reçu en audience par le chef de l’Etat entouré de plusieurs ministres. Le lieu de s’interroger si le sujet de l’amenuisement progressif du panier de la ménagère avait vraiment figuré à l’ordre du jour de ces palabres. L’image même du voleur en train de parlementer avec le symbole de l’ordre public, de la loi et de la défense des intérêts des plus faibles. Comble de l’ironie, les prétendus opérateurs économiques auteur des prix illégaux n’affichaient pas du tout le profil bas. On pouvait les voir sur les écrans de télévision se victimiser au maximum, réclamant au passage la médaille du sacrifice suprême pour n’avoir fait monter les prix que de 50, 60, 70 voire 100%. A peine si, dans les reportages, le consommateur n’était pas accusé de caprice et d’irrévérence vis-à-vis des « créateurs de richesse et de recettes douanières ».

Visiblement, personne n’envisage de faire payer les centaines de millions indument perçus auprès des pauvres paysans, des ouvriers, des jeunes diplômés sans emploi, des indigents, des malades et de tous les autres citoyens depuis l’annonce de cette affaire de Pvi nouvelle génération. Alors que cet épisode aurait pu être une formidable occasion pour les refondateurs de démontrer leur passion pour la lutte contre la corruption. Le fait de vendre un produit au dessus de son prix légal devrait normalement correspondre à une des infractions contenues dans la loi dite anti-corruption adoptée « nuitamment » par les députés le 29 août 2011. Et pour cela, on n’a même pas besoin d’implorer la rétroactivité des nouvelles dispositions puisqu’aucune perspective d’arrêter la commission des forfaits dans les marchés ne pointe à l’horizon même au lendemain du vote et probablement à la promulgation.

Cette situation permet de constater l’absence presque totale de défenseur de la veuve et de l’orphelin malgré les multiples prêches sur la prospérité partagée, la gouvernance concertée, la lutte contre la pauvreté, la solidarité. La détresse sociale a disparu des préoccupations des pseudo-associations de consommateurs dont les dirigeants se partagent goulument les subventions et squattent les conseils d’administration des sociétés d’Etat. Ne parlons pas des organisations syndicales désormais incorporées à la refondation ou encore de l’opposition politique écartelée entre le charme de la « main tendue » et la posture de paria de la vie institutionnelle.

Faites-vous voler chers consommateurs ! Il parait que le bonheur est au bout du Pvi…

Par Arimi Choubadé
Permalien:http://arimi.ilemi.net/986-le-crime-presque-parfait-des-pvi.html

Messages

  • Cher frere Pour une fois je ne suis pas d’accord avec vous que faites vous du COUT DE RENOUVELLEMENT DE STOCK si vous avez 10 boites de sardines que vous vendez et que le fruit de la vente ne vous permet qu’un reapprovisionnement de 5boites PVI aurait put ne pas pas induire de charges supplementaires s’il etait laisse dans des mains des pros si on n’a cree BENIN CONTROLE qui n’a pas l’expertise et doit soustraiter avec un pro ceux qui arnaquent sont les promoteurs de Benin controle et non les commercants

    • Pour moi il y a et vol et il a vol et il y aura vol. Stock ou pas ces messieurs sont anarqueurs professionels. Sinon comment comprendre que suite à un appel d’offre , je suppose, une société privée gagne un marché et c’est l’ensemble du gouvernement, avec l’argent du peuple qui se promène y compris le chef pour un soit disant explication du pvi. Moi j’appelle cela du bordel, du gangtérisme au sommet de l’état. Du n’importe quoi.